Ordre des ingénieurs du Quebec
Lancer la recherche

Rechercher :

    OIQ_InternetAccueilJe suisMembre du public

    Femmes et diversité en génie 

    En tant que profession qui se définit par l’innovation et l’excellence, le génie doit compter sur tous les talents afin de contribuer pleinement à l’essor de la société. L’Ordre des ingénieurs du Québec veille donc à promouvoir la diversité et l’inclusion au sein de la profession pour que l’ensemble des ingénieurs et ingénieures puissent se réaliser à leur plein potentiel.

    Femmes en génie

    Au Québec comme ailleurs, le génie demeure l’un des domaines où les femmes sont le moins représentées.

    En effet, les femmes représentent que 15 % des membres de la profession de la province. C’est près de quatre fois plus qu’il y a 30 ans, alors qu’elles n’étaient que 4 %. Cette progression semble se poursuivre à la hausse du côté de la relève, puisque les femmes représentent actuellement plus de 20 % des personnes candidates à la profession d’ingénieur.

    Les domaines ayant la plus grande proportion d’ingénieures

    Les domaines ayant la plus faible proportion d’ingénieures

    Les pourcentages ci-dessus représentent la proportion de femmes membres de l’Ordre des ingénieurs du Québec ayant obtenu un diplôme dans ces domaines en date du 1er février 2021.

    Objectif : inciter les femmes à choisir le génie

    Afin d’augmenter la part des femmes dans la profession, l’Ordre est partenaire de l’initiative 30 en 30 d’Ingénieurs Canada, qui vise à porter à 30 % le taux de nouvelles ingénieures d’ici 2030.

    Pour y parvenir, l’Ordre a mis sur pied des initiatives qui ciblent les jeunes à des moments stratégiques de leur parcours scolaire et leur présentent des facettes insoupçonnées du génie. L’objectif : démontrer que le génie est un domaine excitant qui offre une panoplie de possibilités, tant pour les filles que pour les garçons.

    L’Ordre a aussi lancé un programme de mentorat pour soutenir les étudiantes et étudiants en génie tout au long de leur intégration vers le titre d’ingénieur.

    Professionnels et professionnelles formés à l’étranger

    Les personnes issues de l’immigration occupent une part importante de la communauté du génie au Québec.

    La forte présence des personnes issues de l’immigration au sein de la profession est notamment facilitée grâce à des ententes de reconnaissance mutuelle des programmes d’études en génie. Parmi celles-ci, on compte entre autres l’Accord de Washington, qui couvre 20 pays.

    Pays sans entente : réduction des délais de 66 %

    L’Ordre a par ailleurs réalisé des progrès considérables pour faciliter l’accès à la profession auprès des candidats et candidates de pays qui sont sans entente. Depuis mai 2018, le délai de l’évaluation pour obtenir une équivalence totale a diminué de 66 % en moyenne, passant de 18 à 6 mois.

    Cette avancée découle entre autres de l’approche personnalisée par compétence mise en place par l’Ordre. Celle-ci évalue le parcours académique, mais aussi le parcours professionnel des personnes souhaitant exercer le génie au Québec. L'approche permet ainsi de déceler leurs lacunes et de prescrire des activités de formation adaptées à leur profil.

    Information complémentaire sur la diversité en génie

    Références

    Prises de position

    Dans les médias


     

    Ce contenu était-il utile pour vous?

    Tout à faitEn partiePas du tout

    Gare Windsor, bureau 350
    1100, avenue des Canadiens-de-Montréal
    Montréal (Québec) H3B 2S2

    1 514 845-6141
    Sans frais : 1 800 461-6141